Partir travailler vers l’inconnu a toujours été sur ma to do list depuis mon jeune âge. Que ce soit dans une autre province ou pays, je désirais seulement partir travailler ailleurs. Pour cet été, j’avais deux plans en tête. Ma première option était d’obtenir un contrat acrobatique et la deuxième était de partir travailler à Banff, au sud des Rocheuses canadiennes. 

C’est à la fin avril que je décide de quitter Montréal seule pour quatre mois en direction de Banff, en Alberta. Je n’avais aucun emploi ni ami qui m’attendaient à l’autre bout du pays. Le vol s’est bien déroulé jusqu’à Calgary. Ensuite, une navette de la compagnie locale Banff Aiporter m’a transporté jusqu’à mon auberge jeunesse The Banff International Hostel.

Source de l'image : Marie Elaine Faubert Dufort

Source de l’image : Marie Elaine Faubert Dufort

Les jours suivants se sont résumés à la découverte de mon nouveau chez moi ainsi qu’à la distribution intensive de curriculum vitæ. C’est lors de ma troisième journée que je me suis trouvé un emploi en tant que préposée aux chambres à l’hôtel The Red Carpet Inn. Non seulement je commençais à travailler, mais aussi j’emménageais dans l’appartement des employés situé à quelques pas derrière l’hôtel. J’étais très excitée à l’idée de commencer mon nouvel emploi et de rencontrer du nouveau monde, mais je me suis vite rendu compte qu’il y a énormément de Québécois dans l’Ouest canadien. Qui dit Québécois, dit parler en français.

Pour ce qui est de mon anglais, je n’ai aucune difficulté à communiquer et interagir avec les gens, par contre une des raisons pourquoi je voulais faire une immersion était de pouvoir l’utiliser de façon hebdomadaire, ce qui est très rare lorsque tes collègues et tes colocataires sont Québécoises. C’est alors après trois semaines que je me suis fais embaucher en tant de réceptionniste à l’hôtel voisin The High Country Inn. Donc, je travaillais à temps complet comme réceptionniste et à temps partiel comme femme de ménage. Évidemment, ça sonne comme un horaire chargé, et ce l’était, mais un autre but que je m’étais fixé avant de partir était d’économiser assez d’argent afin de pouvoir m’acheter un véhicule en revenant. De plus, dû au fait que tu travailles avec tes colocataires, le travail n’est jamais trop pénible. J’ai rencontré des gens d’Australie, d’Allemagne, d’Asie, d’Ontario et du Québec, et ces personnes-là ont vraiment rendu mon été inoubliable. Sans oublier, la rencontre de mon copain actuel.

thumb_img_4669_1024

Sunshine Village || Source de l’image : Marie Elaine Faubert Dufort

Malgré le fait que je travaillais six jours sur sept, j’avais quand même la chance de pouvoir visiter les alentours. Les horaires de travail finissaient en général autour de 16 h (ou avant) et le soleil se couchait vers 22h30. Quand tu as une auto, c’est parfait sauf dans la ville elle-même à Banff. Tu peux faire le tour de la ville à pied en 20 minutes. Par contre, il y a beaucoup d’attractions autour de Banff qui sont absolument à voir et qui requièrent une voiture. En autres, il y a le fameux Lake Louise qui est à seulement 45 minutes, mais personnellement, le Lake Moraine (à seulement 14 km du Lake Louise) est beaucoup mieux puisque la foule est moins dense et le paysage est à couper le souffle.

Aussi, j’ai eu la chance de voir des petites aurores boréales au Lake Minnewanka. Sans oublier qu’il y a une très belle randonnée à faire au sommet de Sunshine Village qui est une montagne très populaire durant la saison du ski. De plus, il y a l’impressionnant Johnston Canyon à aller jeter un coup d’œil puisqu’il y a de magnifiques grandes chutes et la randonnée en forêt se fait très bien. Une autre activité populaire est évidemment The Columbia Icefiled Glacier Adventure où tu as l’occasion d’aller marcher sur un glacier qui fond, malheureusement, d’un centimètre par jour et qui, éventuellement, fondera totalement. J’ai seulement mentionné quelques activités pour l’instant puisque que j’en ai fait une panoplie d’autres durant mon séjour, mais je ferai un article dédié à ça prochainement.

The Columbia Icefield || Source de l'image : Raphaelle Raymond-Allaire

The Columbia Icefield || Source de l’image : Raphaelle Raymond-Allaire

Pour finir, je conseille à tout le monde qui a l’opportunité d’aller travailler dans une autre province ou pays de le faire sans hésitation puisque l’expérience que ça t’apporte est tout simplement gratifiante. Le fait de rencontrer des gens de partout à travers le monde et de pouvoir découvrir ton propre pays est quelque chose de grandissant et sans aucun doute une aventure inoubliable.

P.S. : Tous les parcs nationaux seront gratuits dès l’été prochain à l’occasion du 150e anniversaire de la Confédération, alors c’est ta chance de pouvoir découvrir nos merveilleuses Rocheuses!