Avant d’aller explorer le Vietnam, j’attendais souvent le même petit discours redondant revenir encore et encore : «Les Vietnamiens ne sont pas tellement accueillants et ils n’hésitent pas à crier après les touristes». J’ai compris pourquoi en approfondissant mes connaissances culturelles du pays. Effectivement, j’ai compris que, tristement, beaucoup de touristes ne prennent pas le temps de prendre conscience de la culture étrangère qui les entoure et ne cherchent pas à la respecter.

Le Carnet Voyage Asie

Source : Marika Hallé Perry

Chaque pays possède une culture qui le définit et le différencie des autres. Par définition, la culture est propre à chaque groupe d’individus et de leur civilisation. Elle englobe de très larges aspects de la vie en société comme les mœurs, la morale, les valeurs et les croyances. Elle se transmet socialement et elle conditionne ainsi une très grande partie des comportements individuels, d’où l’importance d’y prêter attention lorsque nous sommes issus d’un différent groupe.

À l’étranger, il faut savoir s’adapter. Voyager et explorer de nouveaux pays veut aussi dire prendre le temps d’apprendre et de respecter la culture propre à ce pays.

Au Vietnam, comme partout ailleurs, il existe plusieurs petites règles non écrites qui sont utiles de connaître. En effet, plusieurs coutumes se doivent d’être respectées, en particulier lorsque l’on souhaite se faire respecter en retour et éviter les insultes. En voici donc quelques-unes que j’ai apprises lors de mon dernier voyage:

Ne jamais demander le prix si on n’achète pas.

Il est irrespectueux pour les Vietnamiens de demander le prix si vous n’avez pas l’intention d’acheter. Il faut donc être vraiment certain de vouloir acheter le produit et surtout prêt à le marchander. Vous pouvez être certain que les Vietnamiens vous donneront un prix plus haut que le prix original. En effet, la négociation fait partie intégrante de la culture vietnamienne. Il peut être même mal vu de ne pas marchander, voire impoli.

De plus, sachez que si l’on vous dit que vous êtes le premier client de la journée vous vous retrouvez donc comme étant un client très important pour le marchand. Être le premier client signifie que vous portez chance au commerce, si vous achetez quelques choses. Vous êtes la personne qui apportera prospérité au commerce, et ce,  tout au long de la journée. Toutefois, si vous n’achetez rien vous porterez malheur pour le commerce… Par ailleurs, si c’est la première journée du mois vous porterez malchance au marchant pour tout le mois qui suivra.

Bref, il vaut mieux faire vos achats en fin de journée. Ainsi, comme les commerçants auront déjà eu la chance de faire plusieurs ventes.  Ils seront, généralement, plus flexibles sur la négociation et vous aurez donc un meilleur prix.

Source : Marika Hallé Perry Le Carnet Voyage

Source : Marika Hallé Perry

Les Vietnamiens ont tendance toucher ce qu’ils aiment.

Le toucher fait partie intégrante de la culture vietnamienne. Un Vietnamien qui vous apprécie vous touchera les bras, la tête, une épaule… Le toucher en question sera, évidemment, toujours fait de manière respectueuse en lien avec la culture vietnamienne.

Tellement de fois on m’a touché les cheveux parce qu’ils sont blonds. Les Vietnamiens adorent ça. Soyez certain qu’ils ne manqueront pas l’occasion de vous toucher, cherchant ainsi à démontrer qu’ils vous aiment bien ou qu’ils aiment bien vos joues, vos cheveux. Beaucoup chercheront le contact avec votre peau plus claire que la leur, tout simplement parce qu’ils aiment les peaux blanches comme neige.

Il n’est pas coutume de remercier suite à un compliment.

En règle générale, les compliments gênent les Vietnamiens. Pour nous, il est coutume de remercier suite à un compliment, mais pour les vietnamiens ce n’est pas le cas. Si vous leur faites un compliment, ils auront plutôt tendance à rire timidement ou encore protester le compliment en disant que c’est faux.

Pour eux, dire merci suite à un compliment n’est pas coutume. D’ailleurs, lorsque nous répondons «merci» à l’un de leurs compliments cela peut être perçu comme un signe déplacé, voire insolent. Les remercier pour un compliment qu’ils nous font peut, dans certains cas, être vus comme une manière d’indiquer que nous le savons déjà. Vous pourriez alors être perçu comme une personne prétentieuse et au-dessus des autres.

Dans la culture vietnamienne, femmes et hommes ont un rôle définit.

Au Vietnam, comme dans plusieurs pays moins occidentalisés, les rôles sont encore définis en fonction du sexe. Les femmes à la maison s’occupent du foyer et des enfants, alors que les hommes au travail rapportent l’argent.

Pour les Vietnamiens, le rôle de la femme comprend de faire les courses et de se rendre au marché. Ce sont elles qui négocient les prix et qui discutent avec les commerçants et les autres femmes. Comme la négociation fait partie intégrante de la culture vietnamienne, les femmes jasent beaucoup entre elles.

Vous ne verrez jamais, ou du moins très rarement, des hommes marchander avec les commerçants. La raison à cette règle non écrite est bien simple, un homme qui tente de marchander sera considéré pour un «lady boy». La négociation entraîne des discussions souvent bien longues et un homme n’est pas, selon son rôle, censé jaser et discuter longuement avec les autres. Les hommes jasent lorsqu’ils sont entre hommes.

Vietnam Le Carnet Voyage

Source : Marika Hallé Perry

Ce que j’ai appris au Vietnam sur la culture locale et les coutumes varient évidemment un peu de région en région. La culture vietnamienne rurale et urbaine n’est pas la même. Leur mode de vie s’adapte au milieu dans lequel ils vivent. Raison supplémentaire pour prendre le temps de découvrir et de connaitre ce pays si riche historiquement et culturellement.