Arrête d’avoir peur et fonce. Direct, tu diras? Oui, mais vrai quand même. Je te dis ça parce que j’ai compris bien des choses sur moi-même, il y a pas très longtemps. En effet, je pourrais m’étaler pendant des heures sur ce sujet, mais je vais t’épargner tout ce blabla et t’en faire un résumé.

J’ai réalisé qu’on s’en met beaucoup trop sur les épaules, qu’on essaie trop de plaire, ou de se fondre au moule. J’ai rapidement vu que cette vision moulée par la société, ce n’était pas pour moi. Oui j’ai essayé, mais l’étiquette ne m’allait pas. Je lui ai donné une chance, à cette vie de travailleuse qui fait du 9 @ 5. Ce fut les pires mois de ma vie. Je ne me sentais pas bien dans la routine et j’avais l’impression qu’il y avait un vide qui ne réussissait pas à être comblé, ou que ce que j’avais n’était jamais assez. Je me suis questionnée à maintes reprises et je me suis demandée si c’était moi le problème. Je me demandais si c’était normal de ne pas chercher à vouloir s’établir après la graduation ou même, de ne pas avoir envie de trouver un travail qui offrait quarante heures par semaine. Chose qui était considérée comme très bien par ceux qui m’entouraient et qui était même très convoité.

 J’ai donc continué ma vie comme si de rien n’était. Les semaines se sont écoulées et puis j’ai finalement décidé de suivre mon instinct. Celui qui me disait que c’était correct d’avoir une vie différente des autres et de ne pas avoir de routine fixe. Et si c’était ça que j’avais besoin pour être heureuse? Et ça change quoi d’être différente et de ne pas suivre le même chemin que les autres? J’ai donc fait application pour l’un des plus beaux métiers qui existent.

Me voilà maintenant; la fille qui vit dans sa valise et qui travaille à 35 000 pieds d’altitude. La vie d’agent de bord m’amène à travers des centaines de villes et me fait passer d’un pays à l’autre en l’espace de quelques jours, ou même parfois quelques heures. C’est aussi avoir les nuages comme collègues de travail et avoir le bureau qui offre la plus belle vue en ville. Est-ce que j’ai regretté mon choix? Pas une seconde. Je sais que chaque jour de travail est une journée d’aventures et de découvertes. (Bon, c’est certain que ce qui se passe dans un avion n’est pas toujours joli, mais ça, je vous en reparlerai.) Pour moi, une journée de travail c’est de nouveaux endroits, de nouvelles rencontres, et mille et une péripéties. C’est dans cet environnement que je me sens bien. En effet, je ne compte pas retourner à la vie de travailleuse quotidienne de si peu.

Le Carnet Voyage

Source de l’image: Laurie Martel

Voyager est l’un des sentiments que quelqu’un peut éprouver. Ce n’est pas un sentiment me direz-vous, mais à mes yeux oui. C’est ce qui me fait sentir vivante et ce qui me permet de vivre des expériences que jamais je n’aurais cru pouvoir vivre. Cette liberté que nous ressentons lors de ces périples est indescriptible. Il y a tellement de choses à voir, à visiter et à découvrir. C’est une chance que nous avons de pouvoir voyager à travers le monde et je compte saisir toutes les occasions pour le faire.

Je n’échangerais pas ma place pour rien au monde et je suis, chaque jour, reconnaissante de ce que je vis. Je crois qu’il est important de suivre son feeling pour ce genre de chose et que ça vaut la peine d’essayer. Après tout, l’instinct ne se trompe pas n’est-ce pas?