As-tu déjà entendu parler du Timor oriental? Ce petit pays qui a obtenu son indépendance il y a maintenant un peu plus de 15 ans. Personnellement, avant de le voir sur la carte de mon guide touristique de l’Asie du Sud-Est, j’ignorais pratiquement son existence.

Avec le temps, j’ai découvert que moins il y a d’informations sur un endroit à visiter, plus il y a de chance que j’adore cet endroit. Souvent moins touristique et surtout beaucoup plus authentique. Quand je me suis aperçue qu’il y avait très peu d’informations sur le Timor oriental (moins de 10 pages), j’ai alors décidé que je devais y aller.

Si tu es à la recherche d’expérience unique et différente, d’expériences authentiques et de rencontres extraordinaires, le Timor oriental devrait être sur ta bucket list. Voici donc cinq raisons pour lesquelles toi aussi tu devrais aller faire un petit tour au Timor oriental.

1.Touristiquement parlant, c’est un pays untouched.

Les touristes n’y ont pas encore mis les pieds massivement. Ce n’est d’ailleurs pas là-bas que tu vas te retrouver parmi les foules de backpackers qui viennent pour traîner sur la plage et faire la fête comme ceux qu’on retrouve à Koh Phi Phi et à Bali, par exemple. Il y a beaucoup plus de chance que tu te retrouves seul sur la plage et en particulier si ce n’est pas le dimanche. Les personnes que tu rencontreras seront pratiquement que des locaux ou encore quelques expatriés. Les touristes venus explorer le pays se font rares. La majorité d’entre eux, lorsqu’il y en a, s’arrêtent sur Dili, la capitale du pays. Cet arrêt a seulement pour but de renouveler leur visa pour l’Indonésie, et puis ils repartent.

2. L’accès à Internet, tu oublies.

C’est l’occasion de te déconnecter du monde virtuel et de recréer des liens avec le vrai monde. Il te faudra te débrouiller à l’ancienne… tu sais le contact humain! Il te faudra poser des questions et jouer à essai-erreur. En effet, les informations et les indications qu’on te donnera ne sont pas toujours exactes, laissant place à des aventures et des imprévues. À l’exception de Dili, avoir accès à l’Internet sera assez difficile à moins d’avoir une puce avec internet sur ton téléphone. Mais, entre toi et moi, tu n’en as pas besoin !

3. L’anglais est très peu couramment parlé.

Tu auras donc l’occasion de te débrouiller dans une langue que tu ne connais probablement pas. Au Timor oriental les gens parlent tetun. S’ils sont scolarisés, les gens apprennent l’indonésien et le portugais à l’école. Tomber sur quelqu’un qui parle couramment anglais est un phénomène plutôt rare à Dili, mais encore plus en dehors de la ville. Bref, tu te mettras à inventer un nouveau dialecte en mélangeant toutes les langues que tu connais. Les bases de tetun et d’indonésien que tu as apprises te serviront, en plus d’y ajouter des mimiques. Anglais, espagnol, tetun et indonésien, toutes ces langues se retrouvaient, à un moment ou un autre, utiles. Puis, quelques fois juste parce que tu as utilisé trois mots que tu connais et que tu as réussi à te faire comprendre, certains se mettront à discuter avec toi. Si tu parles espagnol, les gens tiendront pour acquis que tu parles portugais, ce qui laisse également place à des conversations qui ne sont pas toujours claires. Une chose est certaine, tu auras l’occasion d’avoir des conversations que tu comprends à moitié, et ce plus d’une fois.

4. De l’authenticité à grandes pelletées.

Un autobus pour les touristes, à moins de te payer un chauffeur privé, ça n’existe pas. Tu devras te déplacer comme tout le monde en «mikrolet», en «piti leti», en truck ou en autobus. Les moyens de transport du pays quoi! Tu payeras également les mêmes prix que les locaux, fini la discrimination touristique! Tu auras également certainement la chance d’avoir comme compagnon de voyage des cochons ligotés à côté de tes pieds et des poulets sur les cuisses de ton voisin. Évidemment, comme partout ailleurs, certains tenteront de tirer profit du touriste, en te disant qu’il est impossible de te rendre à ta destination finale sans voiture ou scooter. Il suffit simplement de ne pas les écouter pour ne pas se faire avoir. Crois-moi, le Timor te fera vivre pleins de belles rencontres, des moments mémorables et des expériences uniques.

5. C’est beau, tellement beau.

Tu te retrouveras parfois entouré par des montagnes désertiques et des champs, parfois par des plages de sable blanc pratiquement vierges aux eaux turquoise si clair. Le Timor oriental n’est pas composé d’attraits destinés pour les touristes où l’on doit payer des frais d’entrée. Le Timor, c’est des paysages magnifiques et incroyables. Dans ce pays de l’Asie du Sud-Est, on prend simplement le temps d’apprécier les moments que l’on partage avec les gens et d’être heureux.

Le Carnet Voyage

Source de l’image: Marika Hallé Perry

Au final, j’ai gardé un merveilleux souvenir de mon périple au Timor oriental. Malgré quelques difficultés rencontrées, comme partout d’ailleurs, le Timor est unique et vaut le détour de quelques jours. En effet, c’est un petit pays d’une très grande richesse culturelle et qui gagne à être connu!