Tu ne connais pas encore les Nomad Talks? Alors tu manques certainement les soirées de voyageurs les plus tendance au Québec! Lancée l’été dernier par les Nomad Junkies, la série de conférences Nomad Talks est unique en son genre pour savoir comment voyager à temps plein! Dernièrement, Le Carnet Voyage a eu la chance de pouvoir s’entretenir avec la cofondatrice du webzine Safia afin d’en connaître davantage sur cette grande accro du mode de vie nomade.

Quand a été ton premier voyage?

Je te dirais que mon premier voyage sans mes parents, c’était au CEGEP. J’étais allée en République Dominicaine dans un tout inclus. Je venais d’avoir 18 ans et on est partis trois filles ensemble. C’est drôle parce que c’était le «spring break». 

 J’ai dit à ma mère : «Je m’en vais en République Dominicaine pendant une semaine pour semaine de relâche.» 

Elle m’a répondu : «O.K, as-tu assez d’argent?» 

«Ouais, ouais.»

 «OK. Cool.» 

Tu préfères les voyages solo ou à deux?

Je n’ai pas vraiment de préférence. Je te dirais que quand je voyage toute seule, je rencontre beaucoup, beaucoup de monde. Tu n’as pas le choix. Tu te forces parce que sinon tu es seule dans ton monde et tu ne fais rien. Si tu veux t’amuser, tu dois rencontrer du monde de partout.  

Quand tu voyages à deux, tu n’as pas cette même ouverture. Ça fait un petit moment que je voyage avec mon chum. Un couple, c’est beaucoup plus difficile d’approche et tu fais moins d’amis et de rencontres. J’ai déjà voyagé avec ma meilleure amie, mais elle, elle est comme moi. C’était donc comme si nous étions deux voyageurs solo qui voyagions ensemble. C’était cool. On rencontrait beaucoup de gens. Mais, tout dépend de la personne avec qui tu voyages.  

Sinon, voyager avec quelqu’un, ça coupe plutôt du monde. Sauf que l’avantage de voyager à deux, c’est que ça coûte moins cher. Tout est divisé en deux. Par exemple, la location d’un scooter pour une journée ou bien la chambre d’hôtel. Ce qui est le fun aussi, c’est lorsque tu vas au resto et que tu peux prendre plusieurs plats à partager ! Ce que j’aime du fait de voyager seule, c’est de rencontrer des gens, mais je suis aussi quelqu’un de très réservée et donc si je voyage avec ma meilleure amie, c’est elle que j’envoie au front pour rencontrer des gens. Puis, après cela j’en bénéficie !

À tes yeux, quels sont les éléments d’un voyage des plus réussis?

La température, les gens rencontrés, la nourriture… et l’accueil du pays dans lequel tu te trouves!

Quelles sont les trois items essentiels que tu apportes toujours avec toi en voyage?

Je te dirais mon séchoir et fer plat, je suis un peu fifille de ce côté-là ! (rire) Mon iPhone et le Mac pour le blogue. Puis, un bon livre avec ma tablette Kindle. 

Quelle a été l’ultime expérience qui t’a donné la piqûre du voyage?

Une de mes expériences ultimes a été pendant mon voyage en Europe, il y a cinq ans, où j’ai passé l’été là-bas. J’avais une période de deux semaines où je devais aller rejoindre un ami en Slovénie, alors que j’étais en Autriche. Mais, il ne me restait plus vraiment de sous. J’avais plein d’amis qui allaient à Boudapest, à Prague, …ce que j’aurais pu faire, mais je ne voulais pas dépenser tout mon argent. 

J’avais entendu parler de Work Away. C’est un site pour faire toute sorte de job: tu peux travailler au pair, tu peux aider dans une auberge de jeunesse. Puis, j’avais finalement eu deux contacts: un dans un bar d’une auberge de jeunesse ou bien travailler dans une ferme. Donc, je me suis dit: l’option que tout le monde aurait pensé que j’aurais choisie c’était de travailler dans un bar dans l’auberge de jeunesse. Alors, j’ai décidé de faire l’opposer totale de tout ce que le monde pensait que j’allais faire. De toute manière, c’est quoi le pire qui pourrait m’arriver? 

Finalement, ç’a été la plus belle expérience de mon voyage! Je suis partie sur une ferme dans les Alpes en Autriche. Je suis restée dans une super grosse famille qui parlait allemand, et où les enfants étaient assez vieux, mon âge, même un peu plus. Je suis restée deux semaines là-bas. J’étais comme leur petite soeur  Je les appelle encore «ma famille en Austriche». Ç’a été vraiment une super expérience! Je ne me serais jamais attendue à cela!

Quelle est la situation la plus cocasse dans laquelle tu t’es retrouvé?

C’était en Croatie! Cet été-là en Europe, c’était vraiment un séjour de party. Tout ce dont j’avais le goût, c’était de sortir, faire la fête, m’amuser boire et rencontrer des gens. Puis, cette fois-là, j’étais avec deux gars de l’auberge de jeunesse, et nous allions rencontrer du monde de notre auberge qui était déjà au bar, sur une petite île en Croatie. Là-bas, la majorité des gens se tiennent à l’extérieur des bars. 

Lorsqu’on rentre dans le premier bar, il y a un dancefloor avec un poteau au fond. Les gars avec qui je suis me disent: «Tu n’es pas game d’aller danser sur le poteau!»

Je réponds: «Ben là… »

Puis, ils répondent: «On paye tes drinks ce soir si tu danses sur le poteau!» 

Moi je me dis: «O.K. … Il n’y a rien là ! »

Il n’y avait personne dans le bar, tout le monde était à l’extérieur. Je n’ai rien à perdre et en plus, avant de partir cet été-là, je m’étais inscrite à un cours pour faire du pole fitness. Donc, j’avais appris une mini routine que j’ai faite pour mes deux amis. Ils ont applaudi et trouvaient ça très drôle. En sortant dehors les amis de l’hostel me demandent: 

«Hey Saf, est-ce que c’était toi qui dansais sur le poteau tout à l’heure? 

«Hum…Oui, comment sais-tu ça?»

«Bien, tu sais, l’écran géant dehors… c’est la rediffusion en direct de ce qui se passe à l’intérieur du bar…» 

Moi qui pensais faire un petit spectacle à deux amis, j’en ai finalement fait un à tout le monde qui était dehors!

Nomad Junkies pour Le Carnet Voyage

Source de l’image: Nomad Junkies

Tu souhaites en connaître plus sur le mode de vie nomade? Il ne reste que quelques billets pour le Nomad Talks de Québec qui aura lieu ce mercredi. Alors, fais vite!