Un pont est souvent l’emblème d’une ville. En pensant au Golden Gate nous nous retrouvons caressés par les grands vents de San Francisco. Ou encore, l’image du Tower Bridge nous transporte sous la pluie londonienne prenant le thé avec la royauté anglaise.

Lors de mes périples, j’ai eu le plaisir de rencontrer deux ponts enchanteurs. L’un est connu de tous, l’autre est connu de peu. L’un est au cœur de la Toscane italienne, l’autre est au cœur de la Thuringe allemande. L’un s’appelle le «vieux pont», l’autre le «pont des épiciers».

Le premier se devine facilement, mais le second se fait plus mystérieux. Quels sont ces deux ponts? L’Italien est bien sûr le Ponte Vecchio symbole de Florence. Le second, illustre inconnu, est le Krämerbrücke d’Erfurt en Allemagne. Tous deux ponts marchands piétonniers, ils sont bordés de boutiques. Ce faisant, ils trompent le promeneur… je dois avouer humblement que je n’ai pas été épargnée par cette tromperie.

Source de l'image: Catherine Corriveau Coutu, Le Carnet Voyage, Florence

Source de l’image: Catherine Corriveau Coutu

Ville culturelle par excellence, Florence déborde d’art. Peintures, sculptures, églises, façades colorées, s’y retrouvent et s’y bousculent tant il y a d’abondance.

Par où commencer? Comme à mon habitude, je laisse mes jambes me guider pour découvrir la ville. Arrivée au fleuve, je scrute les environs dans le but trouver le célèbre vieux pont. Je n’aperçois que des ponts sans personnalité où les automobilistes circulent librement. Mes jambes avides de découvertes m’ont transportée à l’extérieur des sentiers battus. Pour démêler le tout, j’aborde une gentille mama italienne avec mon mélange improvisé de français et d’espagnol, en quelques mots, me voici sur le droit chemin.

De fait, en peu de temps, l’illustre vieux pont est visible. Il porte bien ses siècles arborant toujours ses couleurs délavés : vert olivier, jaune tangerine et rouge toscan.

Source de l'image: Catherine Corriveau Coutu, Ponte Vecchio

Source de l’image: Catherine Corriveau Coutu

Depuis l’époque romaine, le pont relie fièrement les deux rives de l’Arno. Dès le 13e siècle, des boutiques de tous genres y siègent. Sous les Médicis, le pont acquiert ses lettres de noblesse devenant un lieu exclusif de négoce pour les joailliers et les orfèvres. Encore à ce jour, cet écrin fait inévitablement briller les yeux des dames qui s’y aventurent. Bijoux dorés, argentés, ornés de pierres précieuses ou de perles en font rêver plus d’une et font le bonheur de certaines.

Pour la petite histoire, le Ponte Vecchio fut l’unique pont de Florence épargné par les Allemands fuyant l’Italie en 1944. L’étroitesse du vieux pont l’épargna, les chars ennemis ne pouvant pas y circuler. C’est presque dire que son charme et sa vocation le sauvèrent.

Source de l'image: Catherine Corriveau Coutu, le Carnet Voyage

Source de l’image: Catherine Corriveau Coutu

Le Krämerbrücke se cache au cœur de la vieille ville d’Erfurt. Je suis la copilote de la Volkswagen qui nous y conduit. Tant bien que mal j’essai de trouver un repère… un nom de rue. Quelle n’est pas ma surprise quand je lis «Youri Gagarine ring». L’importante route entourant la vieille ville porte le nom de ce grand héro soviétique. Ce cosmonaute qui, en pleine Guerre Froide, permit à l’URSS de gagner la course de la conquête de l’espace face à son rival, les États-Unis… Pas de doute, nous sommes bel et bien en Allemagne de l’Est, ancien satellite soviétique!

Source de l'image: Catherine Corriveau Coutu, Le Carnet Voyage

Source de l’image: Catherine Corriveau Coutu

Ma découverte du Krämerbrücke est peu conventionnelle. En quittant l’hôtel, je demande l’emplacement du Brücke («pont» en allemand). En me dirigeant dans la direction indiquée, je tourne sur une charmante petite rue piétonne et fleurie. Elle est bordée de part et d’autre par des boutiques et des ateliers d’artisan en tout genre. L’extrémité de la promenade est flanquée d’une porte comme celle d’une forteresse donnant sur une cour intérieure.

En franchissant la porte, il me vint à l’esprit que je venais peut-être de quitter le pont recherché! Est-ce possible? Vérifions s’il y a de l’eau qui coule dessous. En empruntant un passage étroit nous découvrons les berges d’une petite rivière qui s’allonge dans un parc. L’eau calme et peu profonde attire les passants qui s’assoient sur ses rives pour profiter de sa fraicheur en cette chaude journée d’été. Les arches de pierres supportent de majestueuses maisons à colombage. Avec son ossature de bois, ses murs colorés, ses nombreux balcons et ses toits pentus, l’ensemble est parfaitement germanique. Nous voilà dans un conte d’Hansel et Gretel. Ce charmant pont inconnu vaut vraiment le détour.

Source de l'image: Catherine Corriveau Coutu, Le Carnet Voyage

Source de l’image: Catherine Corriveau Coutu

Face au charme de ces deux personnalités si différentes on ne peut que soupirer d’aise et de plaisir en rêvant de découvrir d’autres ponts mythiques; pourquoi pas le pont de Brooklyn à New York ou le pont des Soupirs à Venise?