¡ Pura Vida ! Vous rappelez-vous? Me voici maintenant de retour avec mes péripéties comprenant les Ticos et Ticas – oui oui, c’est comme ça qu’on les appelle là-bas les Costaricains – mais cette fois-ci, je vais vous parler de surf et de rencontres. Croyez-moi, que ce soit l’un ou l’autre, vous allez en faire!

Source de l'image : Marie-Philippe Busque

Source de l’image : Marie-Philippe Busque

 

Après avoir noyé le moteur d’une berline dans une rivière, mon séjour à Santa Teresa a été comme un petit baume sur mon cœur. Arrivée là-bas, j’ai finalement choisi le «super-duper-méga-malade-mental-wow-omg» hôtel Tranquilo Backpackers à Santa Teresa. Il possède des dortoirs, mais aussi des chambres avec salle de bain privée. Des hamacs…des hamacs partout! Des chambres propres et « cutes » à mort (quand t’arrives de Jaco, tout devient beau et propre), une aire commune pour manger et cuisiner, une salle de «party» où on peut boire et mettre de la musique super fort après le couvre-feu en ne dérangeant personne. Le summum du bonheur : des pancakes gratuites à chaque matin. Oui oui, tu as bien lu, CHAQUE MATIN. En plus, c’est à côté d’une épicerie, d’une banque, de plusieurs petites boutiques de surf, etc. Ce petit hôtel, c’est le bonheur. Ok. Sauf, peut-être, les singes hurleurs qui crient à tue-tête. On s’entend que ça fait partie de la «game» d’être au beau milieu de la jungle.

Source de l'image : Marie-Philipe Busque

Source de l’image : Marie-Philippe Busque

 

Quand tu es loin de chez toi, même si tu tripes à fond, il n’y a rien comme rencontrer d’autres Québécois. Quand tu entends parler québécois, c’est comme trouver 20$ dans ta poche. Même feeling! Ta survie ne tient pas à ça, mais c’est tellement l’fun! C’est exactement ce qui m’est arrivé. Ils étaient quatre filles et deux gars et ils avaient décidé de se suivre depuis leurs destinations précédentes et de continuer leur périple tous ensemble à travers le pays. Pour ma part, j’étais avec un ami québécois, et ça n’a pas pris de temps avant qu’on se lie d’amitié avec les autres. C’est ça qui est merveilleux quand tu voyages. Tu rencontres des gens que tu n’aurais pas nécessairement eu la chance de rencontrer dans ta ville d’origine, même si parfois, ils n’habitent pas très loin de chez toi. C’est ce que j’aime du destin, il choisit pour toi. Il décide des gens qui croiseront ton chemin, des gens qui peuvent même changer ta vie. Même si c’est pour le temps d’un voyage, ce sont souvent des gens qui te font du bien et qui font de ton séjour une aventure inoubliable. Quand ils liront mon article, ils se reconnaitront.

Source de l'image : Marie-Philippe Busque

Source de l’image : Marie-Philippe Busque

 

Ok, ça suffit les émotions. Je vais vous parler de surf! Après être devenue «BFF» avec les Québécois, on a décidé d’aller apprendre à surfer. Et là, je ne te parle pas de wakesurf sur le Saint-Laurent ou de vague intérieure. Je te jase de VRAI surf. Le genre de surf qui n’est tellement pas facile que, quand tu réussis à te lever debout sur ta planche et à avancer sur le petit bout de houle qui te sert de vague, c’est comme si tu avais complété ton premier marathon. D’ailleurs, c’est super facile de trouver une école de surf sur la rue (parce qu’il y a juste une rue). Moyennant 40$ US, tu as un cours, un transport aller-retour pour la plage et la location d’une planche pour la journée. Pour les moins sportifs ou les invalides, il y a aussi l’option de louer des VTT ou communément appelés « 4 roues » par chez nous.

Source de l'image : Marie-Philippe Busque

Source de l’image : Marie-Philippe Busque

À bientôt !