Arrivée en France depuis le début août, j’ai eu l’immense bonheur de partir en roadtrip avec mon copain et de visiter, entre autres, un pays dont nous ne parlons pas assez : la Slovénie.

Avant de partir, nous avions beaucoup entendu parler du charme et des paysages de la Croatie, au sud de la Slovénie. En chemin vers la Croatie, nous avons toutefois traversé la Slovénie et avons décidé d’y rester au moins pour la nuit. Plus fraîche et humide que sa voisine du sud, la Slovénie regorge d’activités extérieures à faire. Il faut savoir que les Slovènes sont vraiment accueillants, sincères et qu’ils sont, pour la plupart, bilingues (slovène – anglais), ce qui facilite grandement les discussions. Ce pays n’est pas touristique (allez-y avant que ça ne le devienne!) et ça se ressent par l’attitude des Slovènes envers les étrangers.

Bled2

 

Le séjour a débuté par une nuit de camping sauvage sous la pluie dans le village d’Illirska Bistrica. Le camping sauvage est toléré partout en Slovénie, tel que nous l’a indiquée la serveuse d’un bar où nous nous sommes arrêtés (histoire de sécher un peu). Notre premier matin nous a permis de nous informer, via des blogues et des sites Internet touristiques, sur les choses à faire/voir/manger absolument.

Škocjan1

 

C’est ainsi que nous prenons la route pour nous arrêter 30 kilomètres plus loin, au Park Škocjanske jame, mieux connu sous le nom francophone de Grottes de Škocjan. La visite guidée dure environ deux heures pendant lesquelles nous sillonnons, accompagnés de dizaine d’autres touristes, le chemin à travers les différentes chambres des grottes, qui datent de plus de 2 000 ans. Il faut savoir que de telles grottes existent un peu partout en Slovénie (plus de 10 000, selon notre guide), donc libre à vous de choisir celles que vous souhaitez visiter.

Ljubliana2

 

Nous nous sommes, par la suite, dirigés vers la capitale slovène, Ljubliana (prononcez Lioubliana). Située au centre du pays, qui ne fait que 20 000 kilomètres carrés, cette capitale est mignonne et agréable à y séjourner. Ayant trouvé une auberge de jeunesse près de l’université, nous avons délaissé la voiture pour prendre le temps de découvrir les rues, boutiques, cafés, bars de cette ville légèrement éclectique. En effet, chaque commerce a une personnalité qui lui est propre, tout comme les individus qui y travaillent. La ville se parcourt à pied en environ 25 minutes. Tout comme nous l’avions lu dans un blogue, n’essayez pas de manger typiquement slovène dans cette ville; Ljubliana regorge de restaurants qui proposent des menus distincts (finger food, asiatique, indien, italien, etc.). Fiez-vous à votre instinct (lire ici: estomac) et à l’aspect du restaurant qui vous inspire. En ce qui a trait au prix, vous serez agréablement surpris! L’alcool et la nourriture sont particulièrement abordables, surtout le midi.

Ljubliana1

 

Le nord-est du pays a été un coup de cœur slovène. Les lacs de Bled (Blejsko jezero) et de Bohinj (Bohinjsko jezero), bien que plus touristiques que la partie sud du pays, sont de véritables havres de paix.

Nous avons fait une courte randonnée en montagne et avons loué un stand-up paddle sur le lac de Bled. Notre journée dans cette région s’est déroulée à une vitesse folle et nous avons regagné la capitale en soirée, pluie oblige. Nous nous étions toutefois informés sur les activités (canyoning, vélo de montagne, kayak, etc.) à faire dans la région.

Bohinj1

 

 

Nous aurions adoré camper au cœur de ces paysages et profiter plus longuement des activités de plein air proposées, mais la pluie n’était pas de notre côté. Il faut dire que le nord-est de la Slovénie, de par son relief (il fait partie des Alpes), est plus enclin à recevoir de la pluie que le reste du pays.

Bled1

 

 

Qu’à cela ne tienne, il ne reste que du positif de notre courte escapade en Slovénie. L’ayant souvent entendu, je vous (re)suggère de visiter ce pays fabuleux lors de votre prochain passage en Europe avant qu’il devienne plus touristique.

I feel sLOVEnia!